© 2018 par Révélez votre Nature. Créé avec Wix.com

Ma vision

 
L'importance de notre conscience et de nos choix sur la nature 

Pourquoi accompagner la transition écolo-humaniste ?

Le scientisme a clivé les disciplines et approches. Écologie et développement personnel n’avaient que peu de lien jusqu’à récemment. Pourtant l’un mène à l’autre et vice versa : le profond respect de soi mène au respect de l’autre et de la planète, ainsi qu’à la conscience que tout est lié. 

Nous sommes tous en interdépendance ; entre nous et avec la terre ; on devrait parler de développement interpersonnel.

Le « petit moi » n’est rien sans donner (qui rend heureux), sans recevoir (ce qui implique d’avoir l’humilité de reconnaître qu’on a besoin d’être "nourris" de différentes manières).

Se "nourrir" et contribuer à des projets qui ont du sens représente une des clés du bonheur mais aussi d’un avenir durable, dans une vision collective qui respecte chaque maillon.

 

Cette approche holistique d’une écologie intérieure, relationnelle, environnementale, correspond à l’écologie "intégrale" qu’appelle de ses vœux le Pape François dans son encyclique Laudato Si, ou au "triple lien" évoqué par Abdennour Bidar dans "les Tisserands" : nul accomplissement n’est possible ou durable sans la conjugaison du lien à soi, à l’autre et à la nature. 

Cette question de cohérence est porteuse de sens, lequel fait défaut dans la crise de civilisation que nous traversons, où les crise écologiques, économiques et sociales s’amplifient mutuellement.

 

Les ingrédients du bonheur ont été étudiés par les neurosciences. Les 3 principaux sont le plaisir (au sens de l'aspiration profonde qui, unique en chacun, nous met en Joie), le sens (la direction ou signification de son action, qui contribue à une vision souhaitable sur un plan collectif), et l’engagement. Ce dernier se traduit par l’action, qui reconditionne, donc nous actualise et peut nous réparer, et représente le principe-même du coaching. C’est pourquoi on parle d’accompagnement au changement. 

 

Aujourd’hui, la conscience et la responsabilité qui mènent à l'action sont donc les réponses au conformisme et à la déresponsabilisation collective plus ou moins consciente qui en découle.

Le modèle consumériste, qui aujourd'hui prédomine, nous a coupés du lien à la Nature, ses lois, rythmes et équilibres, et est destructeur d’environnement, d’humanité, de lien, ainsi que d’une économie réelle et durable. 

Ce poids des injonctions sociétales plus ou moins conscientes entame la souveraineté et puissance personnelle de beaucoup d'hommes et de femmes, entrave leur conscience réelle, et dicte une grande partie de leurs choix. Il détermine donc leur empreinte, sur l’état de la planète mais aussi sur l’état de notre rapport à l’humanisme...

L’humain est créateur : qu’est-ce qu’on crée ?

Une société est malade lorsque une majorité de ses individus est malade. Ce qui est dedans est dehors.

Le besoin d’une transition écolo-humaniste correspond à l’aspiration à une spiritualité nouvelle : suivre un chemin intérieur pour retrouver du sens et transformer notre impact extérieur, vers une nouvelle vision collective, germe d'un demain enthousiasmant. 

La Conscience est le premier pas pour ne plus nous "identifier" à nos conditionnements et pouvoir nous actualiser, nous réinventer, nous re-choisir, par l'action.

95% des hommes et des femmes avant le fin de leur vie regrettent de ne pas avoir osé vivre leurs rêves, c’est à dire suivre leur petit voix et être eux-mêmes. 

Chacun peut, et vous pouvez, retrouver votre puissance personnelle, vous accomplir, contribuer de manière vertueuse…

Vous aussi, révélez votre nature !

Ou encore.. Dire non au machisme 

"On peut gâcher sa vie par politesse "

Paul Valéry